Dernières mises à jour

Se connecter

Classe Cadorna

Ecrit par 
Le Luigi Cadorna à quai. Le Luigi Cadorna à quai. collection Guido Alfano

Tentative d'amélioration des croiseurs de la classe Di Giussano, les deux Cadorna furent indubitablement mieux réussis que leurs prédécesseurs, mais leur usure prématurée limita leur utilisation lors de la seconde guerre mondiale.

Développement

Les deux croiseurs légers de la classe Cadorna représentaient une évolution des quatre premiers condottieri de la classe Di Giussano. Ces derniers ayant débuté leurs essais en mer au moment où la construction des deux unités du type Cadorna commençait, de nombreuses modifications purent leurs être apportées pour tenter d'en améliorer les prestations.

La conception des nouveaux croiseurs fut largement revue et conduisit à une modification radicale de la silhouette des navires, mais également à un renforcement des structures. La stabilité transversale fut améliorée par l'élimination du hangar à hydravions, ce qui permit d'abaisser la superstructure avant. En parallèle, la catapulte fut déplacée à l'arrière de la seconde cheminée pour améliorer les possibilités de mise en œuvre des hydravions par mer légèrement agitée. Enfin, les tourelles principales furent agrandies pour faciliter leur mise en œuvre.

Les deux unités furent commandées fin octobre 1929, le Cadorna au chantier San Marco de Trieste et le Diaz au chantier OTO de Muggiano. Leur coût unitaire s'élevait à 61.500.000 lires hors armement et direction de tir.

Le Luigi Cadorna en construction au chantier San Marco de Trieste en 1930-31. Lancement du Cadorna le 30 septembre 1931 le long du transatlantique Conte di Savoia.
(crédits photo : collection Guido Alfano)
Le Cadorna en achèvement à flot à Trieste en mars 1933.
L'Armando Diaz peu avant son lancement au chantier OTO de Muggiano le 10 juillet 1932. Lancement du Diaz à Muggiano le 10 juillet 1932.

Description technique

La coque des Cadorna, divisée en 16 parois étanches, reprenait en grande partie la structure de celle des Di Giussano, avec toutefois des parois longitudinales plus longues s'étendant du couple 28 au couple 173. La forme de carène restant inchangée et les quilles de roulis présentant les mêmes dimensions que sur le Bande Nere (36 m de long et 1 m de haut), l'amélioration de la stabilité transversale ne fut possible que par l'abaissement du centre de gravité.

Le château, d'une hauteur de 25 m au-dessus de la flottaison au niveau de la seconde tourelle de télépointage, était abaissé de 4,5 m par rapport à celui des Di Giussano. La cheminée avant gagnait elle aussi en hauteur avec ses 17,3 m contre 17,8 m, tandis que la cheminée arrière passait de 17,8 m sur les Di Giussano à 16,4 m.

La protection restait très limitée avec un blindage vertical épais de 24 mm au centre de la ceinture et de 18 mm aux extrémités. Le blindage horizontal avait une épaisseur de 20 mm et celui du réduit central de 40 mm.

Plan vertical des formes des croiseurs de la classe Cadorna. Coupe longitudinale au niveau du château.
Coupe au couple 151 vue de l'avant. Plan de protection du Cadorna.

L'appareil propulsif du Diaz fut réalisé par OTO à Sestri Levante entre 1930 et 1931, tandis que celui du Cadorna fut construit par la Fabbrica Macchine Trieste-Sant'Andrea entre 1930 et 1933. Chaque navire était équipé de deux groupes turboréducteurs type Parsons développant une puissance de 95 000 ch. La machine avant entraînait la ligne d'arbre tribord et la machine arrière la ligne bâbord. La production de vapeur était assurée par six chaudières Yarrow de 18 000 ch unitaires réparties dans trois compartiments étanches. Deux chaudières auxiliaires de 20 000 ch unitaires fournissaient la vapeur aux appareils auxiliaires tels que les pompes incendie, les pompes de cale ou les machines frigorifiques. La capacité des soutes à mazout était de 1180 t sur le Cadorna et 1152 t sur le Diaz. Les deux hélices tripales au bronze-manganèse avaient un diamètre de 4,36 m. Lors des essais sur base de vitesse en 1933, le Diaz atteignit 39,72 nœuds pour un déplacement de 5530 t en tirant une puissance de 121 407 ch, bien au-delà des 95 000 ch nominaux.

Plan de l'appareil propulsif des croiseurs de la classe Cadorna. Coupe au couple 139 vue de l'avant, au niveau de la chaudière n°2.
Coupe au couple 96 vue de l'avant montrant le compartiment machine avant. Détail de la poupe du Cadorna au bassin montrant le gouvernail et l'hélice bâbord.
Vue du Cadorna en dock flottant montrant son gouvernail et ses hélices.
(crédits photo : collection Guido Alfano)

L'armement principal était constitué par quatre tourelles doubles de 152/53 modèle 1929 construites par OTO, plus modernes et spacieuses que les Ansaldo modèle 1926 équipant les Di Giussano. Malgré un cycle de chargement réduit à 7 secondes contre 14 secondes précédemment, la cadence de tir pratique ne dépassait pas 4 à 5 coups/min. L'artillerie secondaire comptait six pièces de 100/47 OTO mod.28 regroupées dans trois affûts doubles, situés l'un sur le pont du gaillard d'avant, derrière la première cheminée, et les deux autres sur le pont principal entre les deux cheminées. Leur disposition asymétrique devait leur assurer un meilleur champs de battage.

Tourelles de 152/53 n°1 et 2 du Diaz. Tourelles de 152/53 n°1 et 2 du Cadorna en 1942 à Pula.
(crédits photo : collection R. Alessi)
Coupe longitudinale au niveau des tourelles de 152/53 n°3 et 4.
Coupe au couple 37 vue de l'avant montrant la tourelle de 152/53 n°4. Vue de la zone centrale du Diaz avec l'affût double de 100/47 bâbord. Le Cadorna dans le canal de Sicile en 1941. Au premier plan, on trouve l'affût central et tribord de 100/47, tandis que deux affûts doubles de 13,2 mm sont visibles sur la plate-forme du mât tripode.
(crédits photo : R. Alessi)

Le projet initial prévoyait que la défense antiaérienne soit assurée par huit canons de 37 mm et huit mitrailleuses de 13,2 mm. Mais la production des armes de 37/54 n'ayant débuté qu'en 1932, les deux croiseurs durent se contenter au neuvage de deux canons Vickers-Terni de 40/39. En 1938, ils furent débarqués et remplacés par huit canons Breda de 20/65 sur quatre affûts doubles, deux sur les flancs du château et deux sur le pont principal, entre la cheminée arrière et la tourelle n°3. Les huit mitrailleuses de 13,2 mm sur quatre affûts doubles furent à leur tour remplacées en 1943 par deux affûts doubles de 20/65 et quatre affûts simples Scotti-Isotta Fraschini de 20/70 mod.39.

Deux plate-formes lance-torpilles doubles San Giorgio mod.1928 étaient disposées de part et d'autre de la cheminée avant, sur le pont principal. Elles permettaient la mise en œuvre de huit torpilles de 533 mm. À l'extrême arrière du pont principal se trouvaient deux lance-grenades pneumatiques type 432/302 modèle 1934/37. La dotation initiale de 32 grenades ASM 1936/100T fut renforcée par 72 grenades ASM 1936/50T pendant le conflit. Pour le mouillage des mines, deux rails démontables pouvaient être installés sur la plage arrière. L'emport total variait de 84 à 138 mines selon le modèle.

Le pont aviation, plutôt spacieux, était situé entre la cheminée arrière et la tourelle n°3. La catapulte à air comprimé de type Cagnotto, longue de 15 m, était orientée vers l'avant, formant un angle de 23° avec l'axe longitudinal du navire. Au neuvage, le groupe aérien était formé de deux hydravions Cant Z 25 AR, remplacés en 1938 par deux IMAM Ro.43. Les deux appareils étaient entreposés sur le pont, sur leur chariot de catapultage. La catapulte et le groupe aérien furent débarqués du Cadorna en 1943.

Pont aviation du Cadorna lors des travaux d'achèvement en août 1933. Détail du pont aviation du Cadorna montrant les rails de guidage à gauche et la catapulte à droite. Catapultage d'un Cant Z 25 AR depuis l'un des deux croiseurs de la classe Cadorna.

Carrière opérationnelle

Admis au service actif en 1933, les deux croiseurs furent affectés à la 2a Squadra Navale et reçurent leur pavillon de guerre en 1934. Entre 1936 et 1937, ils participèrent à la protection des convois destinés aux nationalistes espagnols et à la surveillance du trafic destiné aux républicains. En parallèle, ils effectuèrent des missions d'entraînement, des croisières de représentation et participèrent aux grandes revues navales.

Le Diaz au mouillage peu après son admission au service actif. Le mât de misaine sera débarqué en 1934. Le Cadorna à Venise le 17 août 1933.
(crédits photo : collection Guido Alfano)
Le Cadorna dans le golfe de La Spezia en 1937.
(crédits photo : collection Aldo Fraccaroli)
Le Diaz appareillant de Melbourne en octobre 1934.
(crédits photo : collection Allan C. Green)
Le Diaz au mouillage à Palma de Majorque le 22 décembre 1937.
(crédits photo : collection F. Bargoni)
Équipage du Cadorna au poste de bande lors de la revue H à Naples le 5 mai 1938.
Le Cadorna en ligne de file lors d'une revue navale. Le Cadorna sortant de Mar Piccolo à Tarente à la fin des années 1930. Remarquez les deux Ro.43 sur le pont aviation.

Au 10 juin 1940, le Cadorna et le Diaz étaient affectés à la 4a Div.Incr. de la 1a Squadra Navale. Les deux croiseurs ne purent participer à la bataille de Punta Stilo en juillet 1940 à cause d'une avarie de machine. Par la suite, ils furent utilisés principalement pour des missions d'escorte de convoi, mouillage de mines et transport de troupes. C'est lors d'une mission d'escorte que le Diaz fut torpillé au large de la Tunisie par le submersible HMS Upright le 25 février 1941. Le Cadorna survécut en revanche au conflit, servant dans la marine cobelligérante après l'armistice du 8 septembre 1943. Laissé à l'Italie dans le cadre tu traité de paix de 1947, il fut désarmé en 1950 et démolit en 1953.

Le Diaz et le Cadorna rentrant à la base suite à une avarie machine le 9 juillet 1940. Le Cadorna et le Giulio Cesare le 23 janvier 1945 à Tarente.
Liste des croiseurs de la classe Cadorna
NomMis sur caleLancéEn serviceDevise
CRDA, Trieste
Luigi Cadorna 19/09/1930 30/09/1931 11/08/1933 Acriter in Hostes
OTO, Muggiano
Armando Diaz 28/07/1930 10/07/1932 29/04/1933 Con fede incrollabile e tenace valore
Fiche technique
Déplacement standard 5316 t (Cadorna)
5406 t (Diaz)
Déplacement à pleine charge 7112 t (Cadorna)
7194 t (Diaz)
Longueur hors-tout 169,33 m
Largeur 15,6 m
Tirant d'eau 5,5 m à pleine charge
Propulsion 6 chaudières Yarrow et 2 turboréducteurs Parsons développant 95 000 ch et entraînant 2 hélices
Vitesse maximale 36,5 nœuds au neuvage
31-32 noeuds en 1940
Autonomie 995 miles nautiques à 36 nœuds
2930 miles nautiques à 16 noeuds
Protection
  • Ceinture : 24 mm
  • Ponts : 20 mm
  • Tourelles : 23 mm
Armement
  • 8 canons de 152/53 sur 4 tourelles doubles
  • 6 canons de 100/47 sur 3 affûts doubles
  • 2 canons de 40/39 sur 2 affûts simples jusqu'en 1938
  • 8 canons de 20/65 sur 4 affûts doubles à partir de 1938
  • 8 mitrailleuses de 13,2 mm sur 4 affûts doubles
  • 4 tubes lance-torpilles de 533 mm sur 2 plate-formes doubles
  • 2 lance-grenades ASM
Groupe aérien 2 hydravions, une catapulte
Équipage 32 officiers, 512 sous-officiers et matelots
Silhouettes des croiseurs de la classe Cadorna en 1941. Profil et vue de dessus du Cadorna.
(crédits : Franco Gay)
Profil du Diaz.
(crédits : Franco Gay)
Sources :
  • In guerra sul mare, Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 2005
  • Le navi da guerra italiane 1940-1945, Erminio Bagnasco & Enrico Cernuschi, Ermanno Albertelli Editore, 2005
  • Navi e marinai italiani nella Seconda Guerra Mondiale, Elio Ando & Erminio Bagnasco, Ermanno Albertelli Editore, 1999
  • Gli Incrociatori Italiani, Giorgio Giorgerini & Augusto Nani, Ufficio Storico della Marina Militare, 1976
  • Incrociatori leggeri classe Cadorna, Elio Andò, Franco Bargoni & Franco Gay, Orizzonte Mare 6/III, Edizioni dell'Ateneo, 1981
  • Incrociatori leggeri classe « Condottieri », Franco Bargoni, Orizzonte Mare immagini A5, Edizioni dell'Ateneo & Bizzarri, 1978
Pour reproduire ce navire :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
Delphis Models 1/700 DM-47 R.N. Cadorna -

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 539 fois Dernière modification le lundi, 05 juin 2017 14:07