Dernières mises à jour

Se connecter

dimanche, 11 mars 2018 19:11

Savoia Marchetti S.85

Ecrit par 
Alignement de S.85 du Reparto Sperimentale VT à Ciampino en 1939. Alignement de S.85 du Reparto Sperimentale VT à Ciampino en 1939.

Bien qu'il fut conçu dès l'origine comme bombardier en piqué, un avion qui devenait indispensable pour les grandes puissances à la fin des années 1930, le Savoia Marchetti S.85 ne donna jamais satisfaction dans ce rôle.

Développement et essais

En 1936, l'état-major de la Regia Aeronautica demanda à la société SIAI de développer un appareil de bombardement en piqué, avec pour objectif principal l'attaque de cibles navales. Sans aucune expérience dans le domaine, Alessandro Marchetti développa un avion bimoteur à structure en bois désigné Savoia Marchetti S.85. Propulsé par deux Piaggio P.VII C16 actionnant à l'origine des hélices bipales en bois à pas fixe. Le premier prototype, immatriculé MM.374, réalisa son premier vol sur le terrain de Vergiate (province de Varese) le 19 décembre 1936 avec Adriano Bacula aux commandes. Le 11 février 1937, à la suite d'une avarie, le MM.374 fut contraint d'atterrir sur le ventre, mais les dégâts furent limités grâce à la bonne résistance structurelle de l'appareil. Malgré les performances limitées affichées par les prototypes MM.374 et 385, l'appareil fut commandé par la Regia Aeronautica en 48 exemplaires afin d'en équiper un stormo complet, pour un prix unitaire de 615 500 lires.

Le prototype MM.374 accidenté sur le terrain de Vergiate le 11 février 1937. Les hélices bipales en bois à pas fixe sont celles d'origine.
Le prototype MM.374 après réparation sur le terrain de Vergiate. Les hélices bipales ont été remplacées par des hélices tripales métalliques. Le prototype MM.374 survolant le terrain de Vergiate à basse altitude.

Les premiers exemplaires de la série 1 (également désignés S.85 B) étaient encore propulsés par des Piaggio P.VII C16. L'adoption des Piaggio P.VII C35 était signalée par les capots moteurs lisses, débarassés des bossages caractéristiques des premiers exemplaires. Par rapport au prototype, les exemplaires de série adoptaient une canopée aux formes arrondies offrant une meilleure visibilité et une petite verrière sous le nez.

Le premier exemplaire de série sur le terrain de Vergiate. Détail d'un moteur Piaggio P.VII C16 sur le premier appareil de série. Le second exemplaire de série sur le terrain de Vergiate.
Aménagement du fuselage des sept premiers S.85 B. Aménagement du fuselage des trois derniers S.85 B.

Les appareils de la série 2 (ou S.85 C) se distinguaient de leurs prédecesseurs par l'ajout d'un réservoir dans le fuselage (déjà présent sur les trois derniers S.85 B) et d'une mitrailleuse de 7,7 mm dans le nez et par l'agrandissement de la verrière sous le nez.

MM.21699 de la série 2 sur le terrain de Vergiate. Aménagement du fuselage des S.85 C.

Les essais de largage de bombe furent réalisés sur le polygone de Furbara entre mai et juillet 1937 avec le premier S.85 B piloté par Bacula. Malgré les nombreux lancements effectués depuis une altitude de 1000 m, la bombe tombait toujours avant la cible, à une distance de 150 m environ. Il fallut attendre mai-juin 1938 pour qu'une nouvelle série d'essais menés à Lonate Pozzolo avec le troisième appareil de série permette la mise au point du viseur. Mais la précision du tir restait conditionnée par le comportement imprévisible de l'appareil lors de la phase de piqué.

Le troisième exemplaire de la série 1 à Vergiate équipé de la perche de visée pour les essais de tir à Lonate Pozzolo.

D'une unité expérimentale à une unité opérationnelle

Une unité expérimentale de vol en piqué (Reparto Autonomo Sperimentale VT pour Volo a Tuffo) fut créée le 20 juillet 1938 aux ordres du cap. Ercolano Ercolani sur le terrain de Rome-Ciampino pour former les équipages. Au cours des essais menés par cette unité sur le polygone de Furbara, l'avion se révéla dangereux en phase de piqué : il devenait parfois incontrôlable et les commandes demandaient des temps de réponse excessifs. L'unité déplora un accident mortel lors de ces vols d'entraînement. Autre faiblesse de l'appareil, la brusque ralentissement en sortie de piqué en faisait une cible facile pour la DCA ennemie.

S.85 du Reparto Autonomo Sperimentale VT sur le terrain de Ciampino. Giuseppe Valle et Erhard Milch, général de la Luftwaffe, visitant Ciampino en mai 1939.
MM.21692 accidenté à l'atterrissage à Ciampino le 8 septembre 1939. S.85 victime de la rupture d'une jambe de train à l'atterrissage à Ciampino en mars 1940.
(crédits photo : collection Giancarlo Garello)

Le 28 mars 1940, l'unité participa au 17ème anniversaire de la fondation de la Regia Aeronautica sur le terrain de Ciampino en présentant neuf appareils en vol. Le 7 mai, le chef d'état-major de la Regia Aeronautica, Francesco Pricolo, assista à un entraînement au bombardement sur le polygone de Furbara. Il put constater les graves limitations de l'avion, mais l'industrie italienne n'avait aucun appareil de substitution à proposer.

Mussolini et le général Pricolo passant en revue les S.85 du Reparto Sperimentale VT à Ciampino. S.85 alignés à Ciampino pour le 17ème anniversaire de la Regia Aeronautica le 28 mars 1940. Formation de S.85 survolant Ciampino le 28 mars 1940.

La commande initiale, issue du programme R, fut réduite : seuls 32 exemplaires de série du S.85 furent livrés entre mars et décembre 1939. Dix-neuf d'entre eux furent regroupés au sein du 96° Gr.Aut.BaT, formé le 20 mai 1940 sur deux escadrilles (236a et 237a sq.) en incorporant le personnel et les machines du Reparto Sperimentale VT. Les autres appareils furent placés en réserve.

S.85 du 96° Gr.Aut.BaT.

Malgré les déficiences de l'appareil, le 3 juin 1940, 1e 96° Gr. reçut l'ordre de se déployer sur l'île de Pantelleria, en prévision de leur utilisation contre Malte et contre la flotte britannique. Le jour même, les S.85 prirent leur envol en direction de Catane où ils devaient faire escale. Trois appareils furent endommagés à l'atterrissage suite à la rupture du train d'atterrissage ou du patin de queue, les pilotes s'en sortant indemnes. Les appareils en état de vol poursuivirent le trajet jusqu'à Pantelleria le 5 juin. Au moment de l'atterrissage, le ten. Ettore Marcozzi, commandant la 236a sq., se présenta trop bas et tenta de redécoller mais son avion heurta un muret et fut entièrement détruit. Marcozzi, transféré à l'hôpital de Palerme, eut la vie sauve. Deux autres S.85 eurent leur train endommagé, sans conséquence pour les pilotes. La première sortie opérationnelle de trois S.85, qui n'intervint que le 30 juin, se solda par un épisode tragicomique... Après une longue recherche infructueuse en mer entre Lampedusa, le cap Bon et le golfe de Hammamet, les trois appareils larguèrent leur bombe de 500 kg à proximité des côtes de Pantelleria pour éviter de fragiliser leur train à l'atterrissage. Ils furent alors pris pour cible par la DCA locale et durent attendre près d'une heure avant de pouvoir atterrir, le temps que leurs collègues du 96° Gr. avertissent les artilleurs.

S.85 accidenté à Pantelleria en juin 1940. Il est encore privé des marquages du temps de guerre et porte toujours le numéro tactique du Reparto Sperimentale.
(crédits photo : Ali e Uomini)

Après un mois passé à Pantelleria, les appareils se trouvaient dans des conditions précaires, leur structure en bois souffrant des variations de température et de l'humidité de l'air dans les abris sous la roche. Une partie des avions gagna Comiso, en Sicile, le 16 juillet 1940, tandis que les équipages furent envoyés à Graz pour la formation sur le Junkers Ju.87 B Stuka. Ainsi s'achevait la très courte carrière du premier bombardier en piqué italien...

Alors que tous les S.85 finirent comme leurres aux abords du terrain de Comiso, un appareil fut renvoyé à Vergiate pour être transformé en biplace, avec le pilote couché sur le ventre. Ainsi modifié, l'avion fut testé par le serg. Fernando Rosei à Guidonia au début de l'année 1942. La disposition du pilote fut ensuite reprise sur le Savoia Marchetti SM.93.

Description technique

Le Savoia S.85 était un avion de bombardement en piqué monoplan à aile médiane et structure en bois. Le fuselage de section rectangulaire était recouvert de contreplaqué, tout comme l'aile monobloc à structure trilongeron dont l'extrados était ensuite entoilé. Privé de véritable aérofrein, le pilote devait avoir recourt aux volets sortis à 90° lors des attaques en piqué. L'avion perdait alors toute manoeuvrabilité, ce qui nuisait gravement à la précision du tir. En-dehors de la phase de piqué, les caractéristiques de vol étaietn satisfaisantes, l'appareil se révélant à la fois stable et maniable. L'empennage contreventé avait également une structure en bois recouverte de contreplaqué.

Sections longitudinales du S.85 B.

Le train principal à commande hydraulique s'effaçait partiellement dans les nacelles moteur par rotation vers l'arrière. Il était particulièrement fragile et fut la cause de nombreux accidents à l'atterrissage. Le patin de queue était doté d'ammortisseurs en tampons de caoutchouc.

Les moteurs Piaggio P.VII C35 carénés dans des capots Magni-NACA en duralumin entraînaient des hélices métalliques tripales de 2,7 m de diamètre à pas réglable au sol. La faible puissance installée expliquait une vitesse ascentionnelle dérisoire, puisqu'il fallait près de 45 minutes pour atteindre 4000 m. Les quatre réservoirs (trois sur les sept premiers exemplaires de S.85 B), d'une capacité totale de 1078 litres, étaient situés dans le fuselage et dans la section centrale de l'aile. L'accès à l'habitacle se faisait en marchant sur le dos de l'appareil depuis l'empennage. Les S.85 C étaient équipés d'un récepteur radio ARC 1.

Détail du train d'atterrissage et du capot moteur lisse du MM.21699 à Vergiate.

L'armement fixe se limitait à une mitrailleuses Breda SAFAT de 7,7 mm alimentée à 500 coups, emménagée sous le poste de pilotage. La soute ventrale pouvait accueillir une bombe de 250, 500 ou 800 kg, qui devait impérativement être larguée avant l'atterrisage à cause de la faiblesse du train.

Vue frontale du MM.21699 montrant la mitrailleuse Breda SAFAT de 7,7 mm et les trappes de la soute ventrale. Disposition de la bombe dans la soute ventrale.
Récapitulatif de la production
SérieCommandésConstruitsDatesMM.UsineRemarque
prototype 1 1 1936 374 SIAI Vergiate -
prototype 1 1 - 385 SIAI Vergiate -
Série 1 10 10 03-04/1939 21597-21606 SIAI Vergiate S.85 B
Série 2 18 18 07-12/1939 21689-21706 SIAI Vergiate S.85 C
Série 2 4 4 07-12/1939 21846-21849 SIAI Vergiate S.85 C
Fiche technique
 Savoia S.85 BSavoia S.85 C
Longueur 10,38 m 10,38 m
Envergure 14,00 m 14,00 m
Hauteur au sol 3,30 m 3,30 m
Surface alaire 25,80 m2 25,80 m2
Masse à vide 2850 kg 3050 kg
Masse maximale au décollage 4000 kg 4270 kg
Équipage 1 1
Motorisation 1 Piaggio P.VII C35
Puissance nominale : 460 ch
1 Piaggio P.VII C35
Puissance nominale : 460 ch
Plafon opérationnel 5750 m 5750 m
Vitesse maximale 367 km/h à 4000 m 367 km/h à 4000 m
Distance franchissable 756 km 827 km
Course au décollage 433 m 433 m
Course à l'atterrissage 415 m 415 m
Armement 1 bombe de 500 ou 800 kg 1 mitrailleuse Breda SAFAT de 7,7 mm (500 coups)
1 bombe de 500 ou 800 kg
Plan 3 vues du Savoia Marchetti S.85 C.
Sources :
  • Tutti gli aerei del Re, Max Vinerba, 2011
  • Courage Alone, The Italian Air Force 1940-1943, Chris Dunning, Hikoki Publications, 1998
  • Dimensione Cielo n°5 bombardieri, Emilio Brotzu, Michele Caso & Gherardo Cosolo, Edizioni Bizzarri, 1973
  • Dimensione Cielo immagini G5, Bombardieri, Emilio Brotzu & Giancarlo Garello, Edizioni dell'Ateneo & Bizzarri, 1978
  • Tuffatori Savoia Marchetti SM 85 – SM 86, Aerofan focus, 2009
  • Più cento, SIAI Marchetti : Dal 1915 storie di uomini e aeroplani, Luciano Pontolillo, Aviani & Aviani editori, 2015
  • 96° gruppo bombardamento a tuffo, 1940-41 – Sicilia, Balcani, Africa Settentrionale, Alberto Borgiotti & Cesare Gori, STEM Mucchi, 1978
  • Regia Aeronautica : periodo prebellico e fronti occidentali, Angelo Emiliani, Giuseppe F. Ghergo & Achille Vigna, Intergest, 1975
  • Lo Stuka italiano, L'SM.85, Daniele Lembo, Aerei nella Storia n°18, 2001
  • page sur le Savoia S.85 du site Ali e uomini
Pour reproduire cet appareil :
FabricantÉchelleRéférence et désignationGalerie
RCR Models 1/72 RCR72018 Savoia Marchetti SM85 -
Alitaliane 1/48 48001 Savoia Marchetti SM85 -

Réagissez à cet article
Pas de commentaire

Lu 914 fois Dernière modification le dimanche, 11 mars 2018 19:19